Paul Challan Belval, Vitrailliste auprès du sourire de Notre-Dame de Chartres

Accueil > Les œuvres > Les vitraux > Le vitrail de la passion typologique

Les vitraux | Créations

Le vitrail de la passion typologique

article du lundi 13 avril 2009, par Paul Challan Belval
mise à jour le jeudi 22 octobre 2009

 La Passion en lumière

JPEG - 78.5 ko


La verrière de la « Passion typologique » est une œuvre dont la source est

l’Évangile de saint Jean.

Cet extrait, le second des quatre vitraux majeurs qui se succèdent depuis le haut de l’ouverture, représente le cœur de l’évènement raconté :

La mort du Christ en croix.

Saint Jean est l’unique apôtre a avoir été témoin oculaire de la Passion du Seigneur, aux cotés des saintes femmes qui l’ont suivi jusqu’au bout.
Il était le plus jeune, « le disciple que Jésus aimait. » Ecoutons-le :

« Or près de la Croix de Jésus se tenait sa mère... » Chapitre XIX, verset 25
Jésus, voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère :

« Femme, voici ton fils. » Puis au disciple : « Voici ta mère. »

Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Après cela, sachant que désormais toute choses étaient accomplies, et pour que l’Ecriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit :

« J’ai soif. »
Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre au bout d’une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quant il eut pris le vinaigre, Jésus dit :

« Tout est accompli. »

Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

Comme s’était le vendredi, il ne fallait pas laisser les corps en croix le jour du sabbat ( d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque) ; les juifs demandèrent donc à Pilate d’enlever les corps, après leur avoir brisé les jambes. Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du deuxième des condamnés que l’on avait crucifiés avec Jésus. Quant ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le coté ;

et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau.

Celui qui a vu rend témoignage afin que vous croyiez aussi.

( Son témoignage est véridique et le Seigneur sait qu’il dit vrai.)

Tout cela est arrivé pour que s’accomplisse l’Ecriture qui dit :

« Aucun des ses os ne sera brisé. » et un autre passage dit encore :
« Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé. »

(retour en tête de page^)

 Le vitrail tout juste réalisé, reposant sur un panneau de bois.

JPEG - 159.2 ko
Cliquez pour agrandir...
Il s’agit d’une reproduction d’un vitrail de la Cathédrale de Chartres.

Il est aux dimensions réelles, 70 sur 70 centimètres, et les traits sont à l’identique. En revanche il est sans les modelés, qui donnent leur relief aux corps, et les couleurs sont différentes, « bleu de Chartres » oblige, qui garde son secret.

info portfolio

la passion typologique

Répondre à cet article


Accueil | Curriculum vitae | L'atelier | Les œuvres | Créer un vitrail... | Remerciements |

Paul Challan Belval - Vitrailliste auprès du sourire de Notre-Dame de Chartres |


| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | conception technique graphique : www.reflexwebstudio.fr

| Site réalisé avec SPIP SPIP |