Paul Challan Belval, Vitrailliste auprès du sourire de Notre-Dame de Chartres

Accueil > Les œuvres > Les vitraux > Saint François de Sales

Saint François de Sales

article du mardi 22 mars 2016, par Paul Challan Belval
mise à jour le mardi 22 mars 2016

  Sommaire  
JPEG - 404.2 ko
Cliquez pour agrandir...

 Le vitrail

Ce portrait de saint François de Sales le représente alors qu’il rédige une de ses nombreuses lettres à sainte Jeanne de Chantal, inscrivant « la règle de son obéissance » : « tout faire par amour, rien par force. »
Le vitrail a été commandé par une salésienne, de la famille de tout ceux qui s’aide de la spiritualité de François de Sales, qui inaugura un renouveau en mettant en valeur le chemin de sainteté « du soldat dans sa compagnie, de l’artisan dans sa boutique, de la mère de famille en son foyer. »

Format A4, monté en tiffany, et livré avec son présentoir de laiton et bois, pour tenir se place dans les réunions des amis salésiens. Il est composé de 11 pièces.
Il a été livré le 21 mars 2016.

 Le saint

Evêque de Genève (✝ 1622)
Fils d’une noble famille savoyarde restée catholique en pays calviniste, il était destiné à un brillante carrière juridique. Son père l’envoie étudier à Paris. Mais il y découvre la théologie et les problèmes de la prédestination, soulevés par les calvinistes. Scrupuleux, il se croit prédestiné à être damné. Le désespoir le submerge jusqu’au jour où il découvre le « souvenez-vous », la prière mariale attribuée à saint Bernard. Il retrouve la paix et ce sera l’un des grands messages de sa vie quand il pacifiera sainte Jeanne de Chantal, puis quand il écrira son « Introduction à la vie dévote ».
Prêtre, puis évêque de Genève, il réside à Annecy, car Genève est la « Rome » des calvinistes. Il fréquente les plus grands esprits catholiques de l’époque, introduit en France la réforme des carmels initiée par sainte Thérèse d’Avila, la fondation de l’Oratoire français* par Pierre de Bérulle (1611) - l’Oratoire avait été fondé à Rome en 1564 par saint Philippe Néri.
Lui-même fonde l’Ordre des Visitandines pour mettre la vie religieuse à la portée des femmes de faible santé. Son « introduction à la vie dévote » est un ouvrage qui s’adresse à chaque baptisé. Il y rappelle que tout laïc peut se sanctifier en faisant joyeusement son devoir d’état, en lequel s’exprime la volonté de Dieu. Il est le patron des journalistes car il écrivit de nombreuses feuilles imprimées qui sont des « gazettes » pour s’adresser aux calvinistes qu’il ne peut rencontrer.
Il est le saint patron des sourds-muets parce qu’il a pris sous sa protection pendant 17 ans (jusqu’à sa mort) le sourd-muet Martin, et l’a lui-même patiemment enseigné et catéchisé.
Source Nominis : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/494/Saint-Francois-de-Sales.html

JPEG - 201.2 ko
Cliquez pour agrandir...

Répondre à cet article


Accueil | Curriculum vitae | L'atelier | Les œuvres | Créer un vitrail... | Remerciements |

Paul Challan Belval - Vitrailliste auprès du sourire de Notre-Dame de Chartres |


| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | conception technique graphique : www.reflexwebstudio.fr

| Site réalisé avec SPIP SPIP |